Dans les archives

Assahifa en 2005 : «Combien coûte le roi ?»

25 octobre 2016

Cette UNE vous ne risquez pas de la retrouver dans les kiosques de journaux cette semaine. Plongée dans les archives d’un journal indépendant.

« Combien coûte le roi ?», s’interroge sans détour l’hebdomadaire Assahifa, en novembre 2005. Ce numéro consacre son dossier central au budget du palais royal. Sur six pages, cette rédaction décortique les dépenses de la cour royale, du roi, ses déplacement et ses résidences. Le ton est libre mais mesurée.

assahifa

Douze ans après, la presse se prépare à analyser le contenu du projet de la Loi de finances (LF) 2017. Ce traitement devrait éviter soigneusement toutes les questions qui fâchent, précisément le budget du palais royal et de l’armée. Pourtant ces sujets étaient monnaie courante dans les colonnes de la presse indépendante. La lecture de ce numéro rappelle la liberté de ton d’une époque pas si lointaine.

Tanger Med, El Himma et les autres

Dans ce même numéro, Assahifa s’attaque à un autre grand dossier : l’aménagement du port de Tanger Med et ses conséquences sociales. Dans les pages « Médias », une interview est réalisée avec Ahmed Reda Benchemssi, directeur de Telquel de l’époque. Ce magazine venait d’être condanmé à 1 million de DH dans une affaire de diffamation. Benchemssi ne mâche pas ses mots :

Nous sommes dans une confrontation directe avec le pouvoir, et plus particulièrement avec Fouad Ali El Himma, le ministre délégué à l’Intérieur et Mohamed Bouzoubaâ, ministre de la Justice. J’accuse directement El Himma et Bouzoubaâ. Le justice sous les ordres ne fait qu’appliquer les instructions.

Dans ce numéro on retrouve également les chroniques de Jamal Boudouma, Driss El Khouri et Taib Himdi.

Côté publicité, les annonceurs ne se bousculaient pas pour passer leurs réclames sur Assahifa. Cette édition de 52 pages comportait que deux pages de publicités (KIA Motors et la CNOPS). Le tirage annoncé était de 25 000 exemplaires. 

assahifa-talsinitPour rappel, Assahifa a été édité en 1997 par le même groupe de presse que Le Journal. Après leur double interdiction en 2000 pour avoir publiés une lettre incriminant El Youssoufi dans le coup d’Etat 1972. Cette publication réapparaît sous le titre « Assahifa Al Maghribiya ». En 2007, Assahifa se transforme en quotidien national. Cette expérience de courte durée sera marquée par UNE polémique sur l’affaire de Talsint. La publication a du suspendre sa parution pour quatre semaines.

Pour la suite Assahifa revient vers une formulaire hebdomadaire avec un nouveau titre « Al Hayat ». Cette dernière expérience ne fera pas long feu face au boycott publicitaire. Cette publication sera rachetée par DOVOCEAN, société éditrice du quotidien gratuit Au Fait. Cet éditeur de ne fera qu’achever le boulot en arrêtant la publication de ce journal. Ainsi, une page de l’histoire de la presse indépendante a été tournée.

Salaheddine Lemaizi

Chronologie :

  • 1997 : Lancement d’Assahifa
  • 2000 : Interdiction d’Assahifa et Le Journal
  • 2001 : Démission collective de la rédaction d’Assahifa Al Maghribiya, dont le rédacteur en chef Noureddine Miftah suite à un désaccord avec Aboubakr Jamai, le directeur de la publication 
  • 2007 : Passage en formule quotidienne, puis suspension « volontaire » pour une durée de 40 jours suite à un article sur l’affaire de Talsint. 
  • 2008 : Assahifa arrête sa parution suite à des difficultés financières et au boycott publicitaire. 

A lire aussi: La presse écrite marocaine: Un pluralisme en trompe-l’œil

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *